• pierre vasseur le 06/11/2016 à 20:59

    En savoir plus sur mouscron-terre-accueil.be

  • Walter De Kuyssche le 05/11/2016 à 19:57

    Nos responsables politiques ne sont pas à la hauteur des formidables défis qui nous attendent ! BRAVO, PEUPLE DE MOUSCRON, dont la générosité, l'humanisme, la gratuité et la fraternité sont scandaleusement aujourd'hui méprisés et trahis par des politiciens sans cœur, inhumains, qui nous gouvernent. Mouscron fut et reste formidablement exemplaire dans l'accueil des réfugiés. Bravo et merci pour ce volontariat et ce bénévolat qui nous changent de la vénalité, de l'égoïsme et de l'arrogance ambiante, dont trop de nos responsables politiques sont malheureusement atteints ; politiciens complètement dépassés par les événements, leurs incapacités, leurs vues (électoralistes) à très courts termes et les grandes puissances de l'argent. L’arrogance politique et technocratique, le mépris du débat public contradictoire avec le peuple, la société civile et les citoyens engagés, par les dirigeants sociaux-démocrates, génèrent le mécontentement des masses et font le lit du populisme. L’élite politique traditionnelle n’a pas pris la question des réfugiés à bras-le-corps. Ni en Europe, ni en Belgique. Et c’est pour cela que la question des réfugiés s’est imposée dans le débat public : on avait besoin de trouver un bouc émissaire à nos difficultés sociaux-économiques et la figure du réfugié faisait parfaitement l’affaire. C’est un procédé bien connu que de jeter les plus faibles en pâture à l’opinion publique. Selon un rapport de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), il y a 60 millions de réfugiés et de déplacés dans le monde ; selon les prévisions de l'ONU, il y risque d'y avoir 250 millions de réfugiés climatiques dans le monde d'ici 2050. NOS RESPONSABLES POLITIQUES NE SONT PAS A LA HAUTEUR DES FORMIDABLES DÉFIS QUI NOUS ATTENDENT !

  • Walter De Kuyssche le 05/11/2016 à 18:54

    Bravo, peuple de Mouscron, dont la générosité est aujourd'hui méprisée et trahie par des politiciens sans cœur qui nous gouvernent.